L’Église catholique entend exercer un contrôle absolu

non seulement sur les contenus théologiques, mais également sur les modes de vie.

L’Inquisition est organisée au début du XIIIe siècle. 

En réaction,  fleurissent des sectes dans la mouvance du Libre-Esprit, 

qui réclament une plus grande liberté des corps et des consciences.

On trouve dans ces sectes un grand nombre de femmes.

Elles expriment leur désaccord avec l’Église,

en réclamant une libéralisation du statut de la femme.

Les béguines, surtout présentes en Europe du Nord,

cristallisent ce courant de subversion des mœurs. 

Elles sont autonomes en vivant de leurs salaires, de leurs soins médicaux ou leurs travaux textiles.

Surtout, elles prônent une plus grande liberté sexuelle et récusent l’autorité des hommes.

Marguerite Porete, une béguine, pousse la provocation

jusqu’à publier à la fin du XIIIe siècle un traité de théologie, le Miroir des âmes simples anéanties.

Poursuivie par l’Inquisition, elle est condamnée pour hérésie

et est brûlée en 1310.


don_010

Cette petite réalisation personnelle en pâte polymère

m'a fait penser à un personnage du film

"Le nom de la Rose"

Et aux moines de cette période sombre inquisitoire.

Celui-ci semble vouloir se faire pardonner quelque chose

en offrant ces quelques objets hétéroclites

sans doute subtilisés à une sorcière


don_023


don_006